John Butler détient plus de 40 ans d’expérience en gestion de l’eau et des ressources naturelles. Il est principal conseiller technique auprès de la division de développement international de Tetra Tech et se concentre sur l’alimentation en eau, l’assainissement et les améliorations aux infrastructures d’eau en Afrique.

M. Butler a commencé sa carrière auprès de l’Environmental Protection Agency et du Department of Energy. Il est ensuite passé au développement international pour en connaître davantage sur les problèmes qui touchent les personnes vivant dans la pauvreté à l’échelle du monde entier et dit qu’il continue à apprendre aujourd’hui. Il a travaillé dans plus de 30 pays, y compris 9 en Afrique. À l’heure actuelle, M. Butler travaille sur un projet de l’U.S. Agency for International Development (USAID), qui consiste à promouvoir et appuyer des solutions durables aux problèmes d’eau et d’assainissement les plus critiques en Afrique. Dans le cadre de ce projet, plus de 35 000 personnes ont eu accès à des services d’eau, nouveaux ou améliorés.   

M. Butler a obtenu un baccalauréat en physique de l’University of Missouri et une maîtrise en philosophie avec spécialisation en économie de la George Washington University.


Quels sont les défis à la mise en œuvre d’une alimentation en eau potable sûre et durable en Afrique?

Les défis sont énormes : l’infrastructure dysfonctionnelle, la pauvreté et le manque d’accès à l’information sur l’importance d’avoir de l’eau propre et de l’hygiène ne sont que quelques-uns des obstacles que les gens doivent relever tous les jours. Dans de nombreuses régions de l’Afrique subsaharienne, les gens doivent passer des heures à se rendre à des sources lointaines afin d’aller chercher de l’eau pour leur famille. C’est en grande partie aux femmes que revient ce fardeau.

Ces problèmes revêtent à la fois des dimensions infrastructurelles et institutionnelle. Il est évident que l’infrastructure hydraulique inadéquate et les fonds pour répondre à des besoins énormes en capitaux constituent d’importants défis. D’après la Banque mondiale, de 9 à 30 millions de dollars par années sont nécessaires aux fins d’investissements dans l’alimentation en eau de pays en développement.

SUWASA Staff assisting Nakuru resident

Mais souvent, ce sont les problèmes institutionnels qui représentent les plus grands obstacles à la mise sur pied de réseaux d’alimentation en eau potable sûre en Afrique — la capacité des services publics d’eau à gérer efficacement leur prestation et faire en sorte que cette dernière soit durable. J’ai insisté sur l’application d’une gouvernance, de politiques et d’institutions solides ainsi que de procédures de gestion et d’exploitation efficaces. Dans des cas trop nombreux, des réseaux d’eau ont été installés sans se demander si les capacités locales pouvaient les supporter. Une dotation en personnel et une formation adéquates, des systèmes de gestion financière efficaces et des politiques solides sont tout aussi cruciaux à la durabilité des services d’eau qu’à la construction d’une nouvelle infrastructure. 

Quel a été le projet le plus intéressant sur lequel vous avez travaillé?  

Depuis près de cinq ans, je travaille sur le projet panafricain appelé Sustainable Water and Sanitation in Africa (SUWASA). Il est subventionné par l’USAID et mis en œuvre par Tetra Tech. Notre principale priorité consiste à donner accès à des réseaux d’eau propre et d’assainissement aux personnes qui en ont le plus besoin et d’assurer la viabilité future de ces systèmes.

Chaque projet se tourne vers l’avenir – nous sommes en train de créer et d’appliquer des solutions de prestation des services d’eau qui sont viables pour l’avenir au moyen de technologies et stratégiques pratiques, mais innovatrices. Tetra Tech œuvre actuellement dans 9 pays de l’Afrique subsaharienne, exécutant 17 projets de réforme dans le cadre du SUWASA. Chaque projet présente une série unique de possibilités et de défis en matière d’améliorations de services – depuis l’aide apportée aux services publics du Kenya et aux institutions financières pour subventionner les améliorations aux infrastructures jusqu’à l’aide remise au ministère de l’Eau et des Services publics du Nigéria pour améliorer les politiques du secteur de l’eau et les activités des services publics ainsi que pour élargir et améliorer l’accès et la qualité de services.

Quels sont des exemples de solutions innovatrices que Tetra Tech a utilisées pour fournir de l’eau potable sûre en Afrique? 

Enumerators interview household members

Pour de nombreux projets du SUWASA, j’ai consulté des experts de Tetra Tech pour trouver les méthodes techniques les plus innovatrices. Par exemple, nous avons aidé le gouvernement du  Mozambique à reconnaître les lacunes du service d’eau dans la ville capitale de Maputo que des centaines de petits exploitants privés comblaient en vendant de l’eau de puits non réglementés, pour la plupart. Tetra Tech a conçu et réalisé un sondage au moyen de notre outil électronique novateur, Project Observation, Reporting, and Tracking (ePORT). Du personnel local a réalisé le sondage sur des iPad. Grâce à ePORT, nous avons créé des cartes d’inventaire accessibles sur le Web qui ont joué un rôle prédominant dans la mise sur pied d’une stratégie de participation pour multiplier des services d’eau sûre dans toute la ville. Ce projet a valu le prix d’innovation technologique de 2013 à Tetra Tech.

À Nakuru (Kenya), des familles des communautés les plus pauvres passaient des heures chaque jour à remplir des seaux d’eau auprès de vendeurs qui leur demandaient souvent des sommes excessives. Pour remédier à ce problème, nous avons installé des compteurs d’eau prépayés dans le cadre du SUWASA. Les membres de la communauté peuvent désormais insérer une clé USB dans le compteur public pour obtenir un volume précis d’eau propre à un coût raisonnable. Cette technologie donne des résultats tellement bons qu’il se peut que le gouvernement du Kenya l’étende à ses autres communautés pauvres du pays.  

Quelles sont les possibilités de vraiment améliorer l’offre d’eau sûre et abordable dans les pays en développement?   

En dépit du fait que 700 millions de personnes n’ont pas accès à des sources d’eau potable améliorées, l’Organisation mondiale de la Santé rapporte que plus de 2 milliards de personnes ont accès à de telles sources depuis 1990. Les choses vont dans la bonne direction.

En ce qui concerne l’avenir, je vois une importante possibilité d’amélioration qui ne dépend pas d’un nouvel investissement majeur en capitaux. L’une des plus importantes possibilités consiste à réduire les coûts en augmentant l’efficacité des services. Souvent, les services publics africains perdent de 35 % à 50 % des recettes découlant de l’eau produite, mais pas payée, parce que cette dernière fuit du réseau ou en raison de compteurs inadéquats ou de systèmes financiers désuets. Les inefficacités énergétiques touchent aussi durement les profits, car l’énergie est habituellement l’une des plus importantes dépenses d’exploitation. Il serait également très avantageux de remédier aux inefficacités institutionnelles, car elles donnent lieu à des coûts de main-d’œuvre gonflés.

Comment l’expérience de Tetra Tech dans les pays développés s’applique-t-elle aux problèmes que doivent relever les pays en développement?

Le soutien de Tetra Tech aux fournisseurs de services d’eau et aux organismes gouvernementaux des États-Unis et d’autres pays contribue directement à ce travail. Lorsque nous avons appuyé les services d’eau de Zambie, nous avons mis à profit l’expertise de Tetra Tech dans la mise au point de structures de taux pour les services publics américains qui reflètent les coûts réels tout en fournissant de grands stimulants pour améliorer les efficacités. De nombreux services publics africains recherchent notre expertise en formation et des conseils dans le domaine des partenariats publics-privés. Enfin, notre expérience dans la conception de systèmes en Amérique du Nord est nécessaire dans des pays comme la Zambie, l’Ouganda et le Kenya, lesquels veulent avoir des systèmes plus modernes.

En raison de cette expertise approfondie et de 30 années d’expérience à composer avec les défis de développement dans les endroits les plus pauvres et les plus difficiles d’accès du monde entier, nous sommes bien placés pour fournir aux pays en développement des méthodes durables pour combler leurs besoins en matière de réseaux d’eau propre, abordable et fiable.