Quand une catastrophe humaine frappe, il fait bon d’entendre des histoires d’apport altruiste de gens qui se sont démarqués pendant ou après une calamité environnementale. Les ouragans dans le golf du Mexique, les tremblements de terre en Californie et les tsunamis dans le Pacifique Sud font ressortir ce qu’il y a de meilleur chez ceux qui tiennent uniquement au mieux-être et à la solidarité communautaires.

Lors d’inondations dévastatrices qui ont eu lieu au Colorado, des employés de Tetra Tech ont démontré l’esprit altruiste qui les anime en aidant à préserver l’alimentation en eau potable de près de 70 000 résidents.

Le 13 septembre : pluies diluviennes et inondations au Colorado

Colorado Flooding 2

Le 13 septembre 2013, des pluies diluviennes ont inondé la Big Thompson River à Loveland (Colorado), entre Longmont et Fort Collins. Dan Evans, un ingénieur de ressources en eau du bureau de Tetra Tech à Fort Collins, a communiqué avec un ami et ancien collègue qui travaille pour la Ville de Loveland. Il lui a mentionné qu’il était prêt, ainsi que Tetra Tech, à faire le nécessaire pour composer avec la réserve d’eau compromise de la ville.

Les 15 et 16 septembre : comment sauver l’alimentation en eau de Loveland

Colorado Flooding 3

Le dimanche 15 septembre, M. Evans reçut un appel lui demandant de se rendre à l’usine de traitement d’eau pour composer avec une urgence concernant trois canalisations d’alimentation.

« La Big Thompson River, qui s’était écartée de 200 pi à 300 pi (60 m à 91 m) de son cours original, avait arraché une canalisation principale de 20 po (50 cm) et gravement endommagé une autre de 36 po (91 cm), rapporte M. Evans. Il ne restait plus qu’une autre canalisation, celle de 48 po (121 cm), pour alimenter la ville, mais la rivière la recouvrait. » Les conduites d’eau doivent être encastrées dans le sol pour être sécuritaires.

Dan Evans, son ancien collègue et des experts techniques de la firme d’ingénierie locale, Ayres Associates, ont discuté de la façon de replacer la rivière sur sa trajectoire normale. Après avoir débattu de nombreuses options avec le personnel municipal et d’autres parties prenantes de la communauté, les membres du groupe se sont de nouveau réunis le lundi matin. D’autres compagnies de construction locales se sont également jointes à eux. L’inondation faisant alors ravage, ils tenaient surtout à construire une route vers l’endroit afin d’assurer le transport de grosses pierres qui serviraient à former des épis (digues temporaires).

« J’ai appelé Bob Mussetter de la division du groupe d’eau de surface à Fort Collins pour qu’il vienne sur les lieux, dit M. Evans. Le groupe d’experts techniques et le personnel de génie municipal ont discuté des options et ont confectionné un plan pour détourner la rivière des canalisations d’alimentation. »

M. Evans, M. Mussetter et d’autres membres de l’équipe ont manuellement conçu un plan sur le terrain. Ce dernier comprenait le retrait de débris dans le chenal original de la rivière et des débris accumulés qui poussaient la rivière sur sa rive gauche, où se trouvaient les canalisations.

« Toujours en fonction du plan, on a installé une série d’épis pour rediriger le débit d’eau de la rive gauche vers le chenal de débit original et installé une dernière digue pour remettre la rivière au complet sur son cours original », explique M. Mussetter.

Cette journée-là, M. Evans et le personnel municipal ont obtenu la permission du propriétaire de l’autre côté de la rivière de faire passer un excavateur sur son terrain.

Le 17 septembre : application du plan

À 7 h, le mardi 17 septembre 2013, M. Evans emmena l’ingénieur stagiaire de projets Aaron Orechwa sur le site pour que ce dernier examine de nouveau le plan avec le personnel municipal et l’entrepreneur. M. Evans a donné des directives à l’opérateur de l’excavateur pour retirer les débris accumulés et nettoyer le chenal original. Pour leur part, les ingénieurs de la firme locale ont aidé l’entrepreneur à installer des épis de l’autre côté de la rivière.

« Ensemble, nous avons réussi à replacer la rivière dans le chenal original », mentionne Dan.

Le travail rapide et efficace de cette équipe impromptue sur trois jours – un projet qui prendrait habituellement plusieurs semaines – a permis d’assurer le bon fonctionnement de la dernière artère de la canalisation d’eau de Loveland. Grâce aux efforts de ces personnes, il a été possible de préserver la réserve d’eau potable pour les 68 000 résidents de Loveland, sauf 73.

Nous tenons à remercier nos employés des efforts qu’ils ont déployés pour aider leur communauté lorsque le besoin s’est présenté.