Un barrage-écluse historique en Caroline du Nord était devenu un obstacle à la migration des poissons, entraînant un déclin important de la population halieutique. L’U.S. Army Corps of Engineers a alors sollicité les services de Tetra Tech pour concevoir une passe à poissons unique qui servira de route naturelle à la migration, augmentera la population halieutique et renforcera l’économie locale.

Le barrage-écluse no 1 presque centenaire sur la rivière Cape Fear, près de Wilmington (Caroline du Nord), consistait en un caisson de bois rempli de roches et recouvert d’une dalle de béton de 30 cm (1 pied). Il était utilisé dans le passé pour faciliter la navigation commerciale et le transport de marchandises. À mesure que l’accessibilité au transport terrestre et son efficacité se sont améliorées, le barrage, ainsi que les barrages-écluses nos 2 et 3 en amont, sont devenus moins nécessaires. Le barrage présentait même un obstacle aux poissons anadromes qui tentaient de se rendre aux zones de fraie situées en amont, entraînant un important déclin de la population de plusieurs espèces, notamment le bar d’Amérique, l’esturgeon noir, l’esturgeon à museau court, le gaspareau et l’alose savoureuse. 

Les biologistes de l’U.S. Geological Survey et de la North Carolina Division of Marine Fisheries sont d’avis que les espèces locales de poissons n’y sont présentes qu’à un faible pourcentage de leur population possible, c’est-à-dire 10 % pour le bar d’Amérique, 12 % pour l’esturgeon noir et 1 % pour l’esturgeon à museau court. Les efforts qui avaient été déployés auparavant pour permettre aux poissons frayants de se rendre aux zones situées en amont avaient donné des résultats mitigés. En effet, seulement la moitié des aloses et des bars d’Amérique réussissait à se rendre de l’autre côté du barrage-écluse no 1.

Le district de Wilmington de l’U.S. Army Corps of Engineers a choisi Tetra Tech pour concevoir une nouvelle passe à poissons au barrage-écluse no 1. La passe à poisson atténue les effets possibles du retrait des roches et du dynamitage associés au projet d’approfondissement proposé du port de Wilmington sur l’esturgeon à museau cours et d’autres espèces de poisson menacées.

La structure de la passe à poissons consiste en une série de rampes en forme d’arches de pierre présentant des configurations de déversoirs et de fosses, ce qui a permis d’établir une pente de conception variable de 3 % à 5 % pour le passage des poissons. Tetra Tech a également conçu un mur de soutènement constitué d’une palplanche en acier installée parallèlement à la structure de l’écluse actuelle pour empêcher les charges des roches de la passe à poissons proposée de la déstabiliser.  
 
Ce projet, pour lequel le facteur temps s’avérait important et qui a été financé dans le cadre de l’American Recovery and Reinvestment Act, améliorera l’habitat du poisson et permettra d’accroître les populations halieutiques ce qui, en retour, appuiera les espèces proies de plus grande taille et améliorera l’écosystème. Le projet aura également un impact économique sur la collectivité environnante. En effet, une industrie de la pêche ravivée à Cape Fear attirera les pêcheurs à la ligne de la région, dynamisant ainsi l’économie locale. 

Élément marquant

Dans un article vedette, la revue Wildlife in North Carolina (septembre-octobre) fait l’éloge du projet, que l’on qualifie « d’un premier pas immense en faveur des espèces anadromes de Cape Fear et des collectivités pouvant profiter d’un cours d’eau en meilleur état. » Dans le même article, un pêcheur de la région estime que les rapides de l’arche en roches s’avèrent « ce qui est arrivé de meilleur à Cape Fear ».