Catherine (Kitty) Courtney, Ph. D., a plus de 25 ans d’expérience nationale et internationale en gestion marine et côtière, en adaptation aux changements climatiques et en résilience des communautés côtières.

Elle travaille au sein de Tetra Tech depuis 1990 et a soutenu des organismes fédéraux et d’État, des organisations non gouvernementales et des sociétés privées dans le cadre de projets de conception, de mise en œuvre et d’administration de la gestion des ressources côtières et de programmes de recherche environnementale dans des écosystèmes tempérés et tropicaux à l’échelle du Pacifique.

Mme Courtney a été responsable du projet de gestion des ressources côtières de Tetra Tech, fondé par l'U.S. Agency for International Development (USAID), et était conseillère principale dans le cadre d’autres projets internationaux comme le projet FISH (Fisheries Improved for Sustainable Harvests, qui signifie « amélioration des pêches pour des récoltes durables »), le U.S. Indian Ocean Tsunami Warning System Program (programme américain du système d’alerte au tsunami dans l’Océan indien), et le U.S. Coral Triangle Initiative Support Program (programme américain de soutien à l’initiative du Triangle de corail).


Vous avez travaillé dans tous les domaines, de la gestion des ressources côtières à l’adaptation aux changements climatiques. Comment votre carrière a-t-elle évolué?

J’ai commencé à penser aux changements climatiques au début des années 1980 lorsque j’étais une étudiante de troisième cycle travaillant sur mon doctorat en océanographie à l’Université d’Hawaï. J’ai effectué les premières expériences sur le microcosme, démontrant que l’acidification de l’océan ralentissait la croissance des algues coralliennes tropicales. Cela se produit lorsque la concentration atmosphérique de CO2 atteint 335 parties par million (ppm). Toutefois, la discussion sur le climat n’a pas influencé mon travail que bien plus tard. J’ai travaillé sur beaucoup d’autres problèmes causés par l’humain, comme le rejet de déchets dangereux et de contaminants radioactifs dans l’environnement marin, l’élimination au fond des océans de résidus de dragage et la surexploitation des ressources marines. Le tsunami dévastateur de l’Océan indien de 2004 a attiré l’attention sur l’importance de ressources côtières saines comme les récifs et les mangroves pour permettre la résilience des communautés côtières. Mes travaux dans le cadre du programme américain d’avertissement en cas de tsunami dans l’Océan indien examinaient ce qui rendait les communautés côtières résistantes aux désastres naturels et la manière de renforcer la résilience des communautés.

Au sein de Tetra Tech, j’ai eu la chance de participer à différents projets sur la gestion des ressources côtières m’ayant permis d’intégrer la considération des désastres naturels et des menaces reliées au climat. Tenir compte des changements climatiques a transformé les perspectives de planification vers une façon de penser basée sur des prévisions et des scénarios futurs, plutôt que de se fier uniquement aux tendances et aux enregistrements passés.

Qu’est-ce que l’adaptation aux changements climatiques?

L’adaptation aux changements climatiques implique réellement l’ajustement aux changements attendus que nous voyons, autant dans les systèmes naturels que dans les systèmes humains. En général, les gens parlent de trois types d’adaptation : l’adaptation réactive, l’inadaptation et l’adaptation planifiée. L’adaptation planifiée aide les communautés à anticiper les changements pour minimiser les répercussions et augmenter leur résilience aux problèmes sociaux et écologiques.

Pourquoi l’adaptation aux changements climatiques est-elle une priorité dans le Triangle de corail?

Les communautés côtières du Triangle de corail subissent une grande partie des impacts des changements climatiques, comme les tempêtes violentes, les inondations côtières et le blanchissement des coraux. J’ai travaillé dans beaucoup de communautés vivant dans des îles et des zones côtières de faible altitude. Les communautés côtières des zones rurales dépendent grandement des ressources marines pour leur sécurité alimentaire et leur subsistance, alors leurs membres ne peuvent pas simplement déménager à l’intérieur des terres. Ils font aussi partie des populations les plus vulnérables aux désastres naturels et aux impacts des changements climatiques.

Nous avons travaillé avec l’USAID au cours des cinq dernières années sur la Coral Triangle Initiative (initiative du Triangle de corail), ou CTI. Le Triangle de corail est une vraie zone géographique couvrant 6 millions de milles carrés (15,5 millions de kilomètres carrés) dans l’ouest du Pacifique. Cette région de forme généralement triangulaire accueille la plus grande biodiversité de coraux au monde. Nous l’appelons souvent l’Amazonie des mers.

La CTI est un effort régional exercé par six pays faisant partie du Triangle de corail – l’Indonésie, la Malaisie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Îles Salomon et le Timor-Oriental – en vue d’améliorer la gestion des ressources marines et l’adaptation aux changements climatiques. Une stratégie fondamentale pour aborder les changements climatiques est d’établir et de renforcer la gestion marine et côtière de ces pays insulaires.

J’ai soutenu la CTI lors de l’élaboration de politiques régionales appelées le CTI Region-wide Early Action Plan for Climate Change Adaptation (plan d’action hâtif à l’échelle de la région de la CTI pour l’adaptation aux changements climatiques) et lors du renforcement de la capacité locale en organisant des échanges régionaux, en donnant des formations sur l’adaptation aux changements climatiques et en élaborant des outils pratiques comme le guide d’adaptation aux changements pour les communautés faisant partie du Triangle de corail : un guide pour l’évaluation de la vulnérabilité et la planification de mesures locales initiales.

Lorsque vous mettez vos « lunettes climatiques », il est difficile de les enlever. Notre travail à l’échelle internationale nous a aidés à fournir des services à valeur ajoutée à nos clients aux États-Unis. J’ai élaboré un programme de formation national sur les changements climatiques pour les planificateurs côtiers des États-Unis pour la National Oceanic and Atmospheric Administration (administration océanique et atmosphérique nationale). Nous avons aidé nos clients à tenir compte des changements climatiques dans la conception de nouvelles infrastructures et dans la planification de l’eau et d’autres ressources naturelles.